La Sainte-Raingarde

List of products by supplier: 


19,50 € TTC

Le 24 juin 2006, Manuel a disparu dans le Bassin d’Arcachon, non loin de la dune du Pyla. Nul ne sait ce qui est arrivé à ce marin chevronné. Seul Martin connaît la vérité, mais ne peut se résoudre à faire le deuil de ce frère adulé, son double. Pourtant, un an plus tard, jour de la Saint-Jean, Alain, l’ami de toujours, et la bande des indéfectibles dont Catherine, exubérante trentenaire flanquée de sa dernière conquête, entourent Martin au Chalet Bleu. Ils vont fêter, comme à l’accoutumée depuis une quinzaine d’années, la Sainte-Raingarde, œuvre de Manuel. Madeleine est là aussi, après un exil de deux ans aux Etats-Unis, Madeleine, l’ancienne compagne et seul véritable amour de Martin.
Chercheront-ils à ranimer la flamme d’un amour inassouvi ? L’absence de Manuel, vrai fédérateur du groupe, révèlera-t-elle la véritable personnalité de chacun ? Cet ultime rendez-vous signera-t-il la rédemption de Martin ?

Marie-Françoise Raillard se livre à une analyse infiniment précise et pertinente des vicissitudes de l’âme humaine à travers des personnages attachants qui vont découvrir peu à peu la vérité et les dessous d’un banal fait divers.

Date de parution : Avril 2012
Dimension : 13 x 21 cm
Illustration de couverture : Sophie Bertero
ISBN : 978-2-918471-11-0
Nombre de pages : 236
Rayon : Littérature

La dépêche du Bassin

Souvenirs et perception des autres sont le fil...


Sud-Ouest - Août 2012

Les amis de la Sainte-Raingarde - Sud-Ouest du...


Note 
13/07/2012
Une belle écriture

...une belle écriture, à la fois puissante et sophistiquée...

Note 
15/05/2012
« La Sainte-Raingarde » m’a fortement impressionné.

Plus qu’un livre sur le deuil, c’est un texte sur la perte de la jeunesse. Beaucoup de nostalgie dans cette histoire, avec ce terrible leitmotiv : hier n’est plus d’actualité. Les amitiés et les amours survivent difficilement au temps qui passe. Personne ne peut rien contre l’usure et son adjoint la lassitude. On a beau se donner l’illusion de lutter, le combat est perdu d’avance. Ne demeurent alors que les rancœurs et elles s’efforcent d’écraser les souvenirs heureux. Un livre sur ce thème ne peut être réussi que si l’auteur parvient à éviter le pathos, le larmoyant. C’est le cas ici. Marie-Françoise Raillard m’a épaté par sa capacité à explorer la psychologie complexe de ces personnages. Par petites touches, elle les fait évoluer, les conduisant au bord du gouffre afin de voir comment ils se comportent. De plus, le Bassin d’Arcachon duquel l’eau se retire mais jamais pour aller très loin me paraît la métaphore rêvée du destin des acteurs du livre. « L’île aux oiseaux » comme la promesse d’un voyage onirique capable de déboucher aussi sur l’enfer. La joie ne sait pas vieillir. Martin, le héros( ?), n’a rien vu venir au sujet de la maladie de son frère peintre mort en mer afin de ne pas laisser vaincre la tumeur qui le dévorait (ou alors n’a-t-il pas voulu la voir venir ?). Même la noirceur inhabituelle du dernier tableau de celui-ci ne lui a pas mis la puce à l’oreille. Jusqu’au bout il demeurera ce « Pitchoun » dont le gratifie Manuel dans sa lettre d’adieu, incapable de discerner l’évidence. Il en souffrira, après coup, mais bizarrement la mort de son frère le libèrera et le poussera à arrêter de nier l’évidence. En mourant, Manuel, l’aîné, lui donne la vie. Il déchire au passage quelques souvenirs, mais il faut toujours payer, rien n’est gratuit. C’est cruel, comme l’âme humaine, et la dernière phrase du livre (« Incrédule, il se retrouvait face à cet autre lui-même auquel il avait si longtemps tourné le dos ») tire en plein cœur du passé. Faut-il détruire pour construire ? Hélas, oui, souvent. A trop courir après quelque chose, on finit par oublier ce que l’on fait. Martin a le projet de monter une exposition des œuvres de son frère avec l’aide d’une journaliste de Sud-ouest dont il est en train de tomber amoureux. Désormais, c’est lui l’aîné. Le futur lui appartient. Tuer le frère, à défaut du père. L’impitoyable boucle est bouclée, nous laissant ce goût amer auquel on reconnaît les bons livres. Sournoisement délicieux, vraiment. Ce livre-là, je vais me battre pour le vendre.

Note 
12/05/2012
La Sainte-Raingarde est un magnifique roman

La Sainte-Raingarde est un magnifique roman écrit par Marie-Françoise Raillard que vous vous devez de lire, absolument!

Note 
09/05/2012
Très très bien la Sainte Raingarde !

J’ai beaucoup aimé : le style, le sujet, l’analyse tellement réaliste de l’âme humaine, le lieu...

Donner votre avis

Donnez votre avis

La Sainte-Raingarde

La Sainte-Raingarde

Donnez votre avis

Raillard Marie-Françoise

Raillard Marie-Françoise

Marie-Françoise Raillard est née au pied du Château de Pau. Sa jeunesse se déroule dans ce qu'elle appelle son « triangle d'or » : Toulouse-Bordeaux-Bilbao, portée par la double passion du rugby et de la tauromachie. Elle fait des études littéraires, juridiques et internationales. Elle quittera rapidement sa région d'origine et la France pour enseigner à l'étranger, le français puis le droit public. Elle...