Mathieu Noguès, Vaincre ou mourir

List of products by supplier: 


14,22 € TTC

Vaincre, Mourir… Deux verbes brodés au fil d’argent sur les épaulettes de ses boléros depuis de nombreuses années déjà. Deux verbes qui en disent long sur l’état d’esprit affiché par le paysan torero des Arrigans lorsqu’il se présente aux portes des arènes, de Gascogne et d’ailleurs.

 

À trente ans, Mathieu Noguès figure parmi les plus grands champions que compte la course landaise et arbore un palmarès éloquent. Lorsqu’il foule le sable ocre des arènes, c’est toujours pour offrir le meilleur. Il avance sans se freiner, bien qu'étant déjà au firmament des héros. Un héros comme le fut son parrain Jean-Pierre Rachou, homme de défis ayant perdu la vie un soir de concours landais à Dax, ne se relevant pas d’une tragique tumade. Plus qu’un autre, Mathieu sait donc combien les exploits de la piste peuvent endolorir les corps jusqu’à parfois ôter la vie.

 

Au travers de quatorze chapitres, partons à la découverte de Mathieu Noguès, explorons son évolution, entendons ses témoignages et ceux des êtres qui ont compté pour lui, qui l’ont forgé, qui ont nourri sa personnalité. Revisitons sa carrière, mais projetons-nous aussi sur ce que sera la suite. Sans forfanterie, en toute modestie, Mathieu exhume ses souvenirs, se livre comme il ne l’a jusqu’alors jamais fait. L’occasion également d’exprimer des regrets, car on ne déroule pas une telle carrière sans heurts, sans colères, sans échecs. Entrons dans l’arène, dans son sillage…

Date de parution : 8 avril 2020
Dimension : 14,8 x 21 cm
Illustration de couverture : Photographie d'Alexia Fasolo
ISBN : 978-2-37946-023-4
Nombre de pages : 130

« Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu écarter, j’ai toujours su que ma vie serait celle-là… » Il va sans dire que Mathieu a dû ronger son frein durant de longues années, avec comme objectif, à l’horizon de ses seize ans, une inscription à l’école taurine de la Fédération Française de la Course Landaise. Petit, à l’ombre des regards, Mathieu a tourné des milliers d’écarts, face à une bouée accrochée à sa balançoire. Tous les jours, quelle que soit l’heure, quelle que soit la météo, il tenait là son jeu favori : faire comme papa, faire comme parrain. Avant de trouver cette astuce, c’est dans la pente du champ voisin de la maison que Mathieu lançait une chambre à air, puis se plaçait en contre-bas pour dessiner ses premières figures. Mais remonter sans cesse cette rude inclinaison aura eu raison de sa volonté. C’est ainsi que la balançoire du jardin s’est trouvé une deuxième vocation… avant d’être brusquement neutralisée en 2001, quand Jean-Pierre perdit la vie et que la famille se retrouva plongée dans un profond marasme. « Moi-même j’ai traversé alors des mois de crainte, j’avais réellement compris le danger d’une telle passion. Mes parents n’entendaient vraiment pas me voir un jour porter ce boléro que d’autres dans la famille avaient déjà revêtu… »

 

Pourtant, un jour de toro-ball à Pomarez, profitant d’un instant d’inattention de sa sœur qu’il avait accompagnée jusqu’aux arènes, Mathieu se présenta face à un veau pour ce qui sera son premier écart en public. Une fois l’initiative du rejeton dénoncée, le retour à la maison suscita quelques craintes bien fondées…

Donnez votre avis

Mathieu Noguès, Vaincre ou mourir

Mathieu Noguès, Vaincre ou mourir

« Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu écarter, j’ai toujours su que ma vie serait celle-là… » Il va sans dire que Mathieu a dû ronger son frein durant de longues années, avec comme objectif, à l’horizon de ses seize ans, une inscription à l’école taurine de la Fédération Française de la Course Landaise. Petit, à l’ombre des regards, Mathieu a tourné des milliers d’écarts, face à une bouée accrochée à sa balançoire. Tous les jours, quelle que soit l’heure, quelle que soit la météo, il tenait là son jeu favori : faire comme papa, faire comme parrain. Avant de trouver cette astuce, c’est dans la pente du champ voisin de la maison que Mathieu lançait une chambre à air, puis se plaçait en contre-bas pour dessiner ses premières figures. Mais remonter sans cesse cette rude inclinaison aura eu raison de sa volonté. C’est ainsi que la balançoire du jardin s’est trouvé une deuxième vocation… avant d’être brusquement neutralisée en 2001, quand Jean-Pierre perdit la vie et que la famille se retrouva plongée dans un profond marasme. « Moi-même j’ai traversé alors des mois de crainte, j’avais réellement compris le danger d’une telle passion. Mes parents n’entendaient vraiment pas me voir un jour porter ce boléro que d’autres dans la famille avaient déjà revêtu… »

 

Pourtant, un jour de toro-ball à Pomarez, profitant d’un instant d’inattention de sa sœur qu’il avait accompagnée jusqu’aux arènes, Mathieu se présenta face à un veau pour ce qui sera son premier écart en public. Une fois l’initiative du rejeton dénoncée, le retour à la maison suscita quelques craintes bien fondées…

Donnez votre avis

Lafourcade Fabrice

Lafourcade Fabrice

Respectueux de tous ces acteurs gascons dont il loue la bravoure et le panache, Fabrice Lafourcade a souhaité narrer plus en détail l’histoire de l’un d’entre eux, Mathieu Noguès.

Actuellement Principal de Collège, après un début de carrière en région parisienne, il retrouve en 2015 ses Landes natales où il s’est toujours investi dans la vie associative.

Trompettiste, il dirige la banda Los Gatchos de Peyrehorade durant plusieurs saisons, dans les années 2000. Il a...